Thierry Ardisson, Dominique Ambiel et les RMIstes

Publié le par Alain

Qu'auriez vous à dire à un RMIste ?

Qu'il lui faut pouvoir travailler plus pour gagner plus et qu'au travail il faut viser la marche au-dessus !

 

Ce dialogue, digne d'une brève de comptoir, n'a pas pour auteur deux piliers de bar, autour d'un petit rouge, tôt le matin, mais Thierry Ardisson, animateur de "Tout le monde en parle" et Dominique Ambiel, ancien directeur de cabinet du premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Ignorent ils qu'un RMIste n'a pas de travail ? Probablement...

Jamais l'émission de Thierry Ardisson, "Tout le monde en parle", n'a plus mal porté son nom puisque nul n'a réagi sur le plateau et nul n'a relevé par la suite cette ineptie.

Sans la pertinence d'un lecteur du "Monde Radio-Télévision", cette saillie, datant du 4 juin, ne me serait pas parvenue...

 

Pour information, le revenu minimum d'insertion est une prestation sociale destinée à assurer un minimum de ressources aux personnes les plus démunies et à faciliter leur insertion sociale et professionnelle.

Le montant maximum du RMI est de 425,40 euros pour une personne vivant seule et de 638,10 euros pour un couple.

La France compte 1,189 million de RMIstes; le nombre d'allocataires du Revenu minimum d'insertion en France métropolitaine ayant augmenté de 9,6% en un an, entre fin mars 2003 et fin mars 2004, sous le gouvernement de Jean-Pierre Raffarin et de son directeur de cabinet, Dominique Ambiel...

 

Dominique Ambiel serait il l'auteur du concept de la "France d'en bas"  en opposition à la "France d'en haut" à laquelle il pense appartenir ?

Et, une question me reste sans réponse : quelle est la marche au-dessus que peut viser un RMIste ?

Publié dans Le monde des mots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Axel 08/07/2005 18:40

Il faudrait voir un enregistrement, mais je suis quasi-sûr qu'il parlait du RMA. Et désolé, mais ya PLEIN de rmiste qui, en jouant avec toutes les cartes, gagnent plus qu'un smicard qui bosse. Et ils ne cherchent pas de boulot, non, ils attendent d'abord la fin de leurs droits. Tu trouves ça normal ? Forcément que non !