Bernadette Chodron de Courcel , femme de...

Publié le par Alain

           

 

Avec cinq voix au premier tour,  Patrick de Carolis,  journaliste de qualité capable de se vautrer dans la complaisance politique, a été élu, par les sages du CSA, pour un mandat de cinq ans à la tête de France Télévisions.

Il a été de ceux qui ont, grandement, contribué à la réelection de l'actuel locataire du Palais de l'Elysée avec son livre d'entretien avec Bernie (d'une déontologie journalistique douteuse...).

Aujourd'hui, il en récolte les fruits...

Voici quelques phrases récoltées par le nouveau homme fort de France Télévisions lors de son entretien avec la "premiere Dame de France" :


 

 

Aimer, c'est forcément être optimiste.

 

Est-il donc si utopiste ou réactionnaire de prôner l'attachement aux valeurs de la patrie ?

 

Le manque d'amour du prochain ne peut déboucher que sur une société d'égoïsme et de désespoir.

 

Quand on est la femme de Jacques Chirac on ne peut pas rester trop effacée ! Ou alors on court le risque d'être écrasée... Que voulez-vous, je n'aime pas être écrasée.

 

Je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il fasse de la politique. Comme disait mon père : La politique, vraiment, n'était pas dans le contrat de mariage.

 

Quand on est décidé à bâtir une maison ensemble, je crois que le résultat est inébranlable.

 

Je me suis battue. J'espère seulement qu'à l'image de ces parents d'enfants blessés le courage ne me quittera pas.

 

C'est très difficile pour moi de me `blinder'. Je suis très vulnérable, très sensible au scandale.

 

Mon mari tous les matins me dit que j'ai une chance formidable de l'avoir épousé !

 

Il me manque toujours du temps. Comme la tortue, je me hâte avec lenteur.

 

 

Publié dans Le monde des mots

Commenter cet article