Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Misère

La faim mit au tombeau Malfilâtre ignoré.GILBERT. À mon air enjoué, mon rire sur la lèvre, Vous me croyez heureux, doux, azyme et sans fièvre, Vivant, au jour le jour, sans nulle ambition, Ignorant le remords, vierge d'affliction ; À travers les parois...

Lire la suite

Paysage aimé

Hanté de souvenirs, l'âme pleine d'images, Je viens à ta beauté, seul, en pèlerinage, Pays qui me fus bon. De gradin en gradin, de pensée en pensée J'ai gravi le sommet de l'arête dresséeSur ton vaste horizon. Et te voici, baignant dans l'or fauve d'octobre,Pays...

Lire la suite

Ma France

Français je suis, je m'en vante, Et très haut, très clair, très fort,Je le redis et le chante. Oui, je suis Français d'abord. Mais, n'ayez soupçon ni doute, Pour le loyal que je suis,La France, où mon âme est toute, Ma France, c'est mon pays. Ma France,...

Lire la suite

Châtiment de l'orgueil

En ces temps merveilleux où la ThéologieFleurit avec le plus de sève et d'énergieOn raconte qu'un jour un docteur des plus grands,- Après avoir forcé les coeurs indifférents ;Les avoir remués dans leurs profondeurs noires ;Après avoir franchi vers les...

Lire la suite

Je l'ai tué, je l'ai tué

Je l'ai tué, je l'ai tué !Il tombe.Ecoute. Une voix dans le soir a criéSur la mer sombre : Tu l'as tué ! Comment l'ai-je tué, mon dieu, de ces mains blanchesQui n'auraient pas blessé une colombeNi tué une fleur ? Ah ! rien ne savait qu'il vivait,Et tout...

Lire la suite

Jouissance

Aujourd'hui dans tes bras j'ai demeuré pâmée, Aujourd'hui, cher Tirsis, ton amoureuse ardeur Triomphe impunément de toute ma pudeurEt je cède aux transports dont mon âme est charmée. Ta flamme et ton respect m'ont enfin désarmée ;Dans nos embrassements,...

Lire la suite

Elle règne

Le soir était plus doux que l'ombre d'une fleur.J'entrai dans l'ombre ainsi qu'en un parfait asile.La voix, récompensant mon attente docile,Me chuchota: "Vois le palais de la douleur". Mes yeux las s'enchantaient du violet, couleurUnique car le noir dominait....

Lire la suite

Épigramme sur Gresset

Certain cafard, jadis jésuite,Plat écrivain, depuis deux joursOse gloser sur ma conduite,Sur mes vers, et sur mes amours :En bon chrétien je lui fais grâce,Chaque pédant peut critiquer mes vers ;Mais sur l'amour jamais un fils d'Ignace Ne glosera que...

Lire la suite

Femme et chatte

Elle jouait avec sa chatte,Et c'était merveille de voirLa main blanche et la blanche patteS'ébattre dans l'ombre du soir. Elle cachait - la scélérate ! -Sous ces mitaines de fil noirSes meurtriers ongles d'agate,Coupants et clairs comme un rasoir. L'autre...

Lire la suite

L'éternel fardeau

Il est, mon frère, un meuble sombreQu'en t'éveillant tu vois d'abord :La nuit dans ta chambre est encor, -Tu vois au mur la croix dans l'ombre ! Il faut la porter tout le jour.Mais elle est douce, elle rayonne,Mais de fleurs la croix se couronnePour qui...

Lire la suite